The Cytokine Storm

The Cytokine Storm

Although the exact pathogenesis (the manner of development of a disease.) of ANE remains obscure, the most prevalent hypothesis is the hypercytokinemia, that is, “cytokine storm”. Individuals suffering from ANE often have an exaggerated immune response to various viral infections by producing elevated proinflammatory cytokines.How do cytokine storms start?Pathogens (infections, virus’s etc) attack the immune system, so cytokines (which are protein-based signals) signal T-cells and macrophages (immune cells) to travel to the site of the infection.Cytokines also activate these immune cells, and stimulate them to produce more cytokines. This positive feedback loop will attract more T-cells and macrophages to join the fight. Usually, the body is able to keep the feedback loop in check so that a cytokine storm (which is energy-consuming and harms the body) doesn’t occur.Sometimes the body is unable to control the loop, for reasons we don’t fully understand and we end up with a CS. It’s speculated that a CS might be triggered when the immune system is attacked by a new and highly pathogenic invader. The “cytokine storm” results in systemic symptoms, such as liver dysfunction, acute renal failure, and shock. In the nervous system, it leads to brain injury through alteration of vessel wall permeability without vessel wall disruption. According to this hypothesis, ANE is an encephalopathy concomitant with systemic immune imbalance.

*****

La tempête de cytokines

Bien que la pathogenèse exacte (le mode de développement d’une maladie.) de l’ENA est inconnue, l’hypothèse la plus répandue est l’hypercytokinémie, c’est-à-dire la « tempête de cytokines ». Les personnes souffrant d’ENA ont souvent une réponse immunitaire exagérée à diverses infections virales en produisant des cytokines pro-inflammatoires élevées. Comment les tempêtes de cytokines commencent-elles ? Les agents pathogènes (infections, virus, etc.) attaquent le système immunitaire, donc les cytokines (qui sont des signaux à base de protéines) signalent T -cellules et macrophages (cellules immunitaires) pour se déplacer vers le site de l’infection. Les cytokines activent également ces cellules immunitaires et les stimulent à produire plus de cytokines. Cette boucle de rétroaction positive attirera davantage de lymphocytes T et de macrophages à rejoindre le combat. Habituellement, le corps est capable de contrôler la boucle de rétroaction afin qu’une tempête de cytokines (qui consomme de l’énergie et nuit au corps) ne se produise pas. Parfois, le corps est incapable de contrôler la boucle, pour des raisons que nous ne le faisons pas bien comprendre et nous nous retrouvons avec une tempête de cytokines. On suppose qu’une tempête de cytokines pourrait être déclenché lorsque le système immunitaire est attaqué par un nouvel envahisseur hautement pathogène. La « tempête de cytokines » entraîne des symptômes systémiques, tels qu’un dysfonctionnement hépatique, une insuffisance rénale aiguë et un choc. Dans le système nerveux, il entraîne des lésions cérébrales par altération de la perméabilité de la paroi des vaisseaux sans perturbation de la paroi des vaisseaux. Selon cette hypothèse, l’ENA est une encéphalopathie concomitante à un déséquilibre immunitaire systémique.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.